Découvrez le making-of de cette photo

Comme vous avez pu le constater, Largeot & Coltin s’est lancé le défi de vous créer une belle carte de vœux pour la nouvelle année. Parce que le graphisme est aussi une forme d’artisanat, retour sur la mise en œuvre d’une idée… saugrenue

Comment est née l’idée ?

Le projet d’un visuel pour vous formuler nos vœux est né assez tôt.

Nous souhaitions vous apporter une attention sincère pour vous remercier de votre confiance et bien commencer l’année 2017. Vous transmettre nos mille et un vœux est un travail relativement complexe.
Comme l’a dit Confucius, « une image vaut mille mots », tout reposait donc sur le visuel.

Dans notre esprit, nous souhaitions que ressorte de cette image, l’âme de Largeot & Coltin, l’esprit de la tradition, la mémoire de nos pères et le dynamisme de notre jeunesse.

Lorsqu’un projet créatif nait, plusieurs questions se posent.

• La première, incontournable : Est-ce possible ?
• La seconde : Si ce n’est pas possible, comment s’y prendre pour y arriver quand même ?

L’image qui valait mille et un vœux…

Quelle image, plus emblématique que cette photo de Charles Ebbets prise en 1932, représentant les ouvriers à leur pause déjeuner depuis le soixante-neuvième étage du Rockefeller Center, encore en construction ?

Ouvriers sur le Rockefeller center

Comment le projet a-t-il vu le jour ?

Une fois que cette photo était trouvée, comment pouvions-nous l’utiliser ?
Plusieurs options s’offraient à nous :

1 • La reprendre telle quelle ?

Jean aurait dit « On ne se paye pas le luxe d’avoir un responsable marketing pour juste reprendre une photo des années 30 ! » Il n’aurait pas eu tort.

2 • Refaire la photo à l’identique avec l’équipe Largeot & Coltin ?

Très bonne idée, mais se rendre à New York pour une photo, ce n’était pas envisageable, on ne s’est déjà pas payé de vacances aux skis , De toute façon, nous n’avions pas de machine à remonter le temps.

3 • Rejouer la même scène, mais avec un autre décor ?

Mouais, difficile de faire le rapprochement…et puis… quel décor ?

Le compromis

Face à ces contraintes, nous avons choisi de refaire la photo à l’identique… Mais avec l’équipe Largeot & Coltin…
Tant pis pour le décor, on le rajoutera après !

Il fallait envisager de travailler d’arrache-pied pour que nos fesses donnent l’impression d’être posées en 1932 sur cet IPN

Comment l’idée s’est-elle concrétisée ?

Pour réussir ce projet, il fallait passer par trois étapes.

Étape 1 • Ne plus voir les ouvriers d’origine sur la photo.

Pour cela, nous avons dû retravailler la photo, à coup de stratagèmes dont seuls les graphistes ont le secret.

Déplacez la barre pour voir le travail de notre équipe


Étape 2 • Prendre une photo de nous tous, assis sur un IPN…

N’ayant pas d’IPN sous la main (IPN que nous n’aurions sans doute pas pu déplacer avec nos petits bras), nous avons opté pour une installation digne des plus grands studios de montage photo de la planète… Une planche de bois sur des caisses de bières FHB.

Déplacez la barre pour voir le travail de notre équipe


Étape 3 • Trouver le bon angle !

Pour que le travail soit réussi, il manquait encore deux petites subtilités. Tout d’abord nous devions choisir le bon angle pour l’appareil photo. Enfin, il fallait assurer l’esprit “fun” de la photo… rester nous-mêmes… Et le tour était joué (à priori) !

Déplacez la barre pour voir le travail de notre équipe


Enfin presque

À ce stade, il restait encore à détourer l’image, intégrer les messages de bonne année et enfin signer de nos mains chacune des cartes de vœux qui vous sont destinées.

Après quelques heures d’autographes… Tout est terminé !
Encore une très bonne année et à bientôt chez Largeot & Coltin

Les photos bonus du projet !

Séance d’essayage pour l’équipe de Largeot & Coltin et visite surprise de clients à la boutique 😉

montage photo

Jean dans sa cotte Lafont en moleskine est fier de porter sa Chapka Blåkläder

montage photo

Après avoir essayé les Splitrock de Timberland Pro et les Land Bis de Cofra, Vianney ne trouve toujours pas chaussure à son pied

montage photo

Tristan dans son largeot velours jonc noir FHB est ravi d’essayer les nouvelles Linus

montage photo

Petite séance de coaching pour Jean, la cotte à bretelles Lafont se porte avec classe !

montage photo

Avec son X1900 Denim et sa casquette Blåkläder, Romain tient bien le rôle de réalisateur américain non ?

montage photo

Tristan et Vianney errent dans la boutique à la recherche de leur gilet velours et leurs bottes de couvreur FHB

montage photo

Cette installation à base de caisses de bières FHB et d’une planche de bois, nous a permis de réaliser un montage photo réussi.

montage photo

Manu nous attend déjà depuis 10 minutes dans son habit traditionnel de tailleur de pierre largeot et coltin le Laboureur

montage photo

Petite pause imprévue durant le shooting ! Quelques clients se sont invité en VIP et ont eu le privilège de voir l’envers du décor.