Les ponts du mois de mai... Et le viaduc de Millau alors ?

Le mois de mai en france est le mois dans lequel nous célébrons le travail, l’histoire de la France, du monde et la religion. Mais soyons lucides, les français apprécient le mois de mai pour ses ponts, qui donnent un petit avant-goût des vacances “bien méritées” qui arrivent à grands pas…

C’est pourquoi Largeot & Coltin a décidé de célébrer en ce mois de mai 2017 l’un des plus beaux et plus impressionnant ponts du monde… le viaduc de Millau.

Pont ou viaduc ?

Lorsqu’il s’agit de poser ses jours de congés entre les jours fériés du mois de mai, faire la différence entre un viaduc et un pont paraît évident pour Fred de la compta qui ne manque pas d’humour… Mais c’est quoi la différence exactement ?

Différence entre un pont et un viaduc

Je peux vous assurer que j’en ai passé des jours fériés à comprendre ce qui pouvait bien différencier les ponts des viaducs.

Avant d’évoquer leurs différences, concentrons nous d’abord sur leurs similarités ou plutôt leur similitude. Tous deux servent à franchir un obstacle, qu’il soit naturel ou artificiel, constitué d’eau, de terre ou de roche…

Même s’il est commun de penser qu’un pont traverse l’eau tandis que le viaduc surplombe la terre, mes recherches m’ont prouvées qu’un pont pouvait se trouver au dessus de la terre et un viaduc au dessus de l’eau et vice et versa… Il arrive même que dans certain cas, l’eau se retrouve au dessus du viaduc, nous parlons alors d’aqueduc…. Mais avant de vous perdre, remettons nous sur la bonne voie… Puisque, oui, pont ou viaduc, il s’agit bien d’une voie de circulation, piétonne, routière ou ferroviaire…

Pour être exact, c’est bien souvent la taille qui fait la différence… “une fois n’est pas coutûme”. Le pont devient viaduc lorsque sa taille ou sa largeur ou les deux est plus grande que le seul obstacle à traverser. Un pont commence et s’arrête là où l’obstacle commence et s’arrête, le viaduc lui, commence bien avant et se termine bien après l’obstacle à franchir.

pont
pont

Donc pour en revenir à nos ponts du mois de mai, si vous voulez donner raison à Fred de la compta, lorsqu’il appelle vos ponts des viaducs, il vous faut prendre les deux jours autour de l’ascension, c’est à dire le mercredi qui précède et le vendredi qui succède.

En poursuivant mes recherches sur ce sujet, je me suis rendu compte qu’un pont devenait également viaduc lorsqu’il était composé d’un grand nombre de travées, c’est à dire d’espaces délimités par les pylônes de support… ce qui revient à dire qu’un viaduc est en fait une succession de plusieurs ponts. Un peu comme si vous preniez tous les jours qui se trouvent entre 2 jours fériés. Comme dirait Fred, “ha bah là c’est le pompon !”…

Et Millau dans tout ça ?

viaduc de Millau

En ce qui concerne l’oeuvre architecturale de Lord Norman Foster qui permet de franchir la vallée du tarn entre le Causse Rouge et le plateau du Larzac, il s’agit bien d’un viaduc. Ce n’est pas vraiment sa longueur de 2 kilomètres et 460 mètres qui fait du viaduc de Millau un pont remarquable. À titre d’exemple le viaduc le plus long du monde fait 164 kilomètres, c’est celui de Danyang-Kunshan, en Chine. C’est un peu comme si vous faisiez le pont entre le 8 mai 2017 et le 11 novembre… 2018. En Europe, le pont le plus long est celui de Vasco de gama, au Portugal, 17 kilomètres conçus par l’ingénieur Ligérien, Michel Virlogeux, qui est également ingénieur sur le viaduc de Millau.

Ce qui justifie le nom de viaduc à l’ouvrage de Millau, c’est tout d’abord, l’espace de 342 mètres qui sépare chaque pile. Le viaduc de Millau est une succession de ponts, mais ce qui le rend remarquable c’est sa hauteur, puisqu’il culmine à 343 mètres de haut. C’est le plus haut pont du monde, 19 mètres de plus que la tour Eiffel. Ce sont d’ailleurs les usines Eiffel qui ont conçues le tablier, endroit où circulent les véhicules, qui culmine à 270 mètres au-dessus du Tarn. Entièrement métallique, relativement léger et jusqu’en 2013, le plus long pont haubané du monde, avec seulement 9 points de contacts avec le sol.

Comment est né le projet ?

viaduc de Millau

L’idée d’enjamber la vallée du Tarn est née en 1987. À cette époque, pour les automobilistes venus d’Europe du nord et désireux de passer leurs vacances sous le soleil espagnol, les solutions pour traverser la France n’étaient pas nombreuses. Soit, ils restaient sur l’autoroute et acceptaient de faire un crochet d’une centaines de kilomètres, en empruntant l’A6 jusqu’à Lyon, puis l’A7 jusqu’à Avignon, pour revenir vers l’ouest en passant par Perpignan sur l’autoroute A9 et enfin rejoindre l’Espagne. Ou bien ils préféraient passer par l’autoroute A71 jusqu’à Clermont-Ferrand puis l’A75 jusqu’à Béziers, mais devaient consentir à quitter l’autoroute au niveau du Tarn et traverser la ville de Millau, connue à l’époque pour ses interminables bouchons. L’état a donc décidé d’achever l’autoroute A75, nécessitant la traversée du Tarn.

Bouchon dans Millau

La vallée du Tarn regorge de magnifiques paysages et y faire passer une autoroute n’était déjà pas, à l’époque une mince affaire. Deux années de consultations et d’études ont été nécessaires pour permettre aux pouvoirs publics de choisir le “bon” tracé. C’est en 1989 que le choix a été fait de rejoindre directement le causse rouge au plateau du Larzac sur 2 460 mètres.

Comment relever ce défi technique ?

En 1994, un concours a permis à l’etat de faire le choix du meilleur projet, parmis cinq familles de solutions, portées par cinq couples, architectes – bureaux d’études. C’est le lundi 15 juillet 1996, alors que les français avaient bien du mal à justifier leur pont du 14 juillet, que le ministre de l’Équipement entérine la proposition du jury, composé d’élus, d’hommes de l’art et d’experts. Le Tarn sera traversé par un viaduc multihaubané, celui présenté par le bureau d’étude Sogelerg et le cabinet d’architectes Foster + partners.

viaduc de Millau
viaduc de Millau
viaduc de Millau
viaduc de Millau
viaduc de Millau

Un chantier livré sans retard !

En décembre 2001 les premiers véhicules de chantier prennent place dans la vallée. La première pierre est posée le 14 décembre 2001, ce chantier titanesque sera réalisé en seulement 3 ans, puisque le viaduc est ouvert à la circulation le 16 décembre 2004.

Cliquez sur les étapes pour voir les détails de la construction

Les fondations

Les culées

Les piles

Le tablier

Les pylones et haubans

Les derniers mètres

Vous faites quoi pendant les ponts du mois de mai ?

Piles du viaduc de Millau

En 2016, 5 millions de véhicules ont circulés à 270 mètres au dessus du Tarn, 44% du trafic est réalisé entre juin et août.

Alors, pour vos viaducs du mois de mai, n’hésitez pas à vous rendre dans l’un des deux espaces Millavois dédiés à l’ouvrage vous pourrez en connaître d’avantage sur l’oeuvre d’art qu’est ce pont majestueux. En espérant que vous n’y croiserez pas Fred de la compta, puisque 200 000 personnes s’y déplacent chaque année.

Un commentaire sur “Les ponts du mois de mai… Et le viaduc de Millau alors ?”

    Posté par : pascal waringo

    Super, très bel article, bravo!

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *