Lors d’un récent séjour dans les Charentes, j’ai eu l’occasion de visiter le château de la Rochefoucault. La « perle » de la Charente est un magnifique château du XIVème siècle, qui domine la Tardoire. Riche d’une histoire importante, il est le siège depuis plus de 1000 ans de la famille de la Rochefoucault. Les collections sont impressionnantes, particulièrement le mobilier et surtout les livres, avec une bibliothèque qui comprend plus de 21000 ouvrages. Mais je ne vais pas ici vous parler du château en détail. En me promenant dans une des (grandes) pièces  du rez-de-chaussée, je suis tombé nez à nez avec un ouvrage qui n’est pas habituel. Le plancher du second niveau est soutenu par des poutres  en chêne ou en châtaigner, ornées de deux doucines et d’une longueur d’environ  6 mètres. Deux d’entres elles ne faisaient pas toute la longueur. On peut voir qu’elles sont en deux parties, une d’environ 4,5m et une autre d’environ 1,5m. Le tout assemblé par trait de jupiter avec une clé.

vue des deux poutres

vue des deux poutres

vue d'un des trait de Jupiter, qui s'est ouvert dans le temps

Un des traits de jupiter, qui s’est ouvert dans le temps

Le trait de jupiter est un assemblage de charpente ou de menuiserie qui lie deux morceaux de bois bout à bout pour en faire une pièce plus longue. C’était un assemblage relativement courant  dans le passé pour utiliser des bois de longueur moindre ou pour les assemblages qui nécessitaient une certaine solidité et pour lesquels le tenon/mortaise n ‘était pas adapté (par exemple pour lier des pièces courbes). Voici des exemples de trait de jupiter.

trait de jupiter menuisier

trait de jupiter de menuisier

trait de jupiter charpentier

trait de jupiter de charpentier

Mais revenons à notre château. J’ignore si l’assemblage pratiqué dans ces pièces de bois avait pour but de rallonger les poutres ou, ce qui me semble plus vraisemblable, de restaurer ces poutres suite à une pourriture ou une cassure due à un nœud… Comme me l’a fait remarquer un charpentier, cet assemblage dans cette configuration (à l’horizontale) n’est pas fait pour travailler dans ce sens. On pourrait en voir plus sur de la restauration de poteau par exemple. Il est également possible que ces poutres soient réemployées et proviennent d’un autre endroit (on aurait alors besoin de les adapter). Peut être ces poutres étaient elles plus courtes à l’origine pour accueillir une trémie d’escalier ? Je n’ai pas la réponse, mais je ne peux m’empêcher d’admirer un tel ouvrage. Si « grossier » soit-notre exemple, ce type de travaux reste exceptionnel et nous ne réalisons que trop rarement ce genre d’assemblage, que nos anciens utilisaient plus fréquemment. La notion de matière et de temps n’est plus la même aujourd’hui, mais la roue tourne….

notre reporter a un faible pour les têtes de sanglier...

notre reporter a un faible pour les têtes de sanglier…

château de la Rochefoucault

château de la Rochefoucault